La pollinisation et la survie de l’Homme

Les abeilles ont un rôle essentiel pour la survie des végétaux depuis 50 millions d’années. 20 000 végétaux ne vivent que s’ils sont pollinisés par les abeilles et c’est le cas de 40% des plantes cultivées. Mais quel est le principe de la pollinisation ?

La pollinisation est le mode de reproduction des végétaux qui demande l’intervention d’un animal ou du vent. Il s’agit de transporter le pollen depuis l’étamine, qui est l’organe mâle, jusqu’au pistil, qui est lui l’organe femelle. Cela peut avoir lieu sur une même fleur ou sur une fleur différente. Il existe de nombreux insectes pollinisateurs, mais la championne toute catégorie de cette fécondation des plantes, la plus zélée, la plus efficace, c’est l’abeille ! La pollinisation permet un meilleur brassage génétique. Celui-ci évite la consanguinité et donc la dégénérescence. Elle permet une plus grande diversité et une résistance accrue des plantes.

img_1312

Les abeilles ne sont qu’un moyen de transport du pollen, l’intention première de l’abeille étant de récolter pollen et nectar afin de les ramener à sa ruche. L’abeille possède de petites corbeilles sur ses pattes arrières afin de transporter sa collecte. Mais ce sont les grains de pollen qui se fixent sur les cils de ses pattes qui servent à la pollinisation. Une abeille peut en effet, stocker sur une seule de ses pattes 500 000 grains de pollen et visiter en une seule heure 250 fleurs : c’est dire à quel point elle joue un rôle majeur dans la pollinisation !

Les fleurs et plantes attirent les abeilles grâce à leur odeur, c’est d’ailleurs la raison principale du parfum des fleurs. Le parfum d’une fleur peut « voyager » jusqu’à 800 mètres ; mais hélas, on a remarqué que la pollution à l’ozone vient modifier ce chiffre. L’odeur des plantes ne voyage plus que sur 200 mètres.
La couleur des fleurs joue aussi un rôle capital. L‘abeille possède 5 yeux ; trois d’entre eux captent la luminosité et sont utilisés pour la navigation, les 2 autres captent les couleurs. L’abeille ne distingue que 3 couleurs : le bleu, le vert et l’ultraviolet (celui-ci ne pouvant être perçu par la rétine humaine). Toutes les autres couleurs lui apparaissent noires. Les fleurs illuminées par des ultraviolets, dévoilent des dessins utiles aux abeilles pour mieux les guider vers le nectar. Ces guides permettent à des fleurs rouges (le coquelicot par exemple) moins visibles pour les abeilles de compenser cette faiblesse pour leur pollinisation. Les capacités visuelles de l’abeille sont exceptionnelles : elle voit 300 images/seconde, là où l’être humain n’en perçoit que 24/seconde.

img_1313

L’abeille a 2 yeux à facettes sur les cotés, et 3 yeux qui sont des capteurs de lumière.

Ainsi, sur les 100 espèces de plantes alimentaires les plus cultivées dans le monde, 71 seraient pollinisées uniquement par les abeilles.
La majorité des cultures fruitières, légumières, d’épices, de fruits à coques, oléagineuses, protéagineuses, mais aussi de cacao et de café en bénéficie. Au total, on estime que les trois quarts des cultures agricoles dans le monde dépendent des abeilles.
Seules 25% des cultures ne dépendent pas des pollinisateurs, principalement les céréales (riz). Si les abeilles disparaissaient, notre alimentation serait nettement moins variée et terriblement carencée !
Mais le chiffre le plus incroyable est que ce service entièrement gratuit, est estimé à 150 milliards d’euros pour l’économie mondiale et 3 milliards pour la France. Respectons donc nos abeilles et leur habitat si nous ne voulons pas connaitre le même sort que ces producteurs chinois de la région du Sichuan. En effet, les abeilles ont entièrement disparues de leur contrée et avec elles leurs bons et loyaux services. C’est tous les habitants du village qui doivent assurer la pollinisation par un procédé manuel, avec toutes les difficultés que cela engendre. Les fleurs sont parfois inaccessibles : branches très hautes par exemple. Cela mobilise une main d’œuvre humaine beaucoup moins agile (la taille de l’abeille lui permet de se faufiler presque partout), beaucoup moins rapide (l’abeille vole a 25km/heure) et beaucoup moins qualifiée qu’un hyménoptère, et qui plus est réclamant un salaire, là où l’insecte lui, travaille gratuitement. En Europe, on estime qu’il manque déjà 13 millions de colonies d’abeilles domestiques pour polliniser les cultures.

Aussi fascinants qu’alarmants, ces chiffres mettent en lumière le rôle essentiel des abeilles dans le fonctionnement des écosystèmes naturels et agricoles et donc dans notre alimentation. Leur disparition progressive en est d’autant plus catastrophique, et prouve que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les protéger. Le paradoxe, c’est que l’exploitation agricole est en perpétuelle augmentation du fait de la croissance continuelle du nombre d’humains à nourrir alors que le nombre d’abeilles, leurs meilleures alliées, ne cesse de décroitre.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s